Données Ressources Minérales

 
revient à la page générale

Bases de Données Ressources France

Généralités

Les données recueillies au cours des dix-sept années d'effort soutenu d'exploration minière dans le cadre de l'Inventaire minier, ont bien sûr conservé toute leur valeur intrinsèque, mais l’accès à celles-ci reste encore complexe en raison de l’ampleur des travaux réalisés. La nécessité de synthétiser la masse énorme d’informations recueillies a amené, entre autres documents de synthèse, la publication :

1 - de synthèses nationales :

- carte minière de la France métropolitaine à 1/1 000 000 (1995) ;

- carte des gîtes minéraux de la France à 1/500 000 en 8 feuilles publiées entre 1972 et 1986.

2 - de quatorze synthèses régionales ou thématiques publiées entre 1987 et 1992,

3 - des « plaquettes substances » réalisées sous l’égide du Comité de l’Inventaire à partir de 1978, au nombre de quatorze (or, plomb-zinc, cuivre, tungstène, étain, antimoine, manganèse, mercure, fluorine, barytine, etc.) réactualisées jusqu’en 1992 (tungstène en 1991, plomb-zinc en 1992).

La première base de donnée regroupant ces données est la « Banque de données du Sous-sol », appelée BSS, qui renferme environ 15 000 dossiers concernant les mines, les indices miniers, les résultats de l’Inventaire,… Cette base, d’accès public et consultable via le site http://infoterre.brgm.fr/, est très complète mais a été conçue plus pour un archivage numérique des données existantes que pour un usage géoscientifique.

Avec l'appui des outils actuels de traitement de l’information géoréférencée (Systèmes d’Informations Géographiques), une synthèse de ces données a été réalisée à la demande du Secrétariat à l’Industrie et publiée sous forme d’un CD-Rom intitulé « Inventaire minier de la France Métropolitaine », au format GeoKiosk. Y sont regroupés les principales mines récentes ou passées (environ 200), les principaux sujets issus de l’Inventaire Minier (environ 100), ainsi que de nombreux indices ou exploitations de très faible importance (environ 3 600 points), permettant de visualiser les grands districts ou provinces minérales. Cette synthèse, s'adressant plus spécifiquement aux substances concessibles, couvre l'ensemble des minerais métalliques, les combustibles solides (charbon et lignite) et deux minéraux industriels souvent en relation étroite avec les minerais métalliques, la fluorine (substance concessible) et la barytine (non concessible).

Pour répondre aux demandes environnementales croissantes, une restructuration de cette base de données a été nécessaire, notamment par l’adjonction d’informations provenant du projet Européen «Management of Mining, quarrying and ore processing waste in the European Union», financé dans le cadre du 5° Programme Cadre de Recherche et Développement (1998 – 2001), de compléments minéralogiques et l’introduction d’une approche typologique. Cette refonte a abouti à une base de données relationnelle comportant près de 1700 gîtes français, ayant été exploités ou ayant fait l’objet de travaux d’exploration avancés. Les substances considérées concernent l’ensemble des gîtes métalliques, les gîtes de barytine, fluorine, les combustibles fossiles (charbon, lignite, huile), sel et potasse. Cette «Base France», dont l’architecture permet de préserver l’intégrité des données source (productions, réserves, géométrie des objets, minéralogie de la gangue et de la zone minéralisée raccordée au lexique minéralogique des SIG BRGM, stœchiométrie des minéraux,…) permettra de travailler aussi bien au niveau générique (approche typologique par groupe de gîtes, par substance exploitée,..) qu’au niveau d’un gisement précis.

Cette BDD "France", décrite dans le chapitre suivant, n'a donc trait qu'aux gisements ayant fait l'objet d'une exploitation quelconque à n'importe quelle époque. Elle est liée à une autre base "Mining Wastes" traitant des résidus générés par ces exploitations.

La position de tous les sites contenus dans cette base peut être visualisée. Les sites sont classés par groupe de substance.

Cliquez sur la vignette ci-contre.

Pour obtenir des informations plus précises sur ces sites,
allez dans le menu "SIG et Données".

Cliquer pour agrandir

Une autre base plus complète, partie "France" intégrée dans la base de données gisements "Europe" (voir le SIG EUROPE), contient, elle, beaucoup plus de données (plus de 4200 sites) car, en plus des 1700 mines et exploitations, elle intègre nombre de gîtes et indices minéralisés répertoriés sur tout le territoire au cours de l'Inventaire ou provenant d'autres sources. Elle sera décrite plus loin.

Description de la Base de Données France (mines & exploitations)

Rassembler l'ensemble des données de l'histoire minière française nécessite de construire les bases de données autour de la notion de mine. Mais cette notion regroupe des concepts différents :

  • le site d'exploitation à proprement parler ;
  • le " gîte minéral ", c'est à dire l'entité géologique minéralisée, qui a pu faire l'objet d'un ou plusieurs sites d'exploitations ;
  • et dans certains cas, l'exploitant minier ayant développé plusieurs gîtes ou sites dans un même district.

Par exemple, de quoi parle-t-on lorsque l 'on évoque la Mine d'or du Bourneix (Limousin) ? La première mine souterraine, point de départ de l'exploitation, la principale mine à ciel ouvert de la dernière phase d'exploitation (Cros Gallet) ayant repris en surface les travaux souterrains, ou la Société des Mines du Bourneix qui a exploité Cros Gallet mais aussi la MCO des Fouilloux située à 200 m et qui gère également les anciennes exploitations de Renardière et Rochefroide ?

Etant donné les objectifs gîtologiques et environnementaux de la base de données et vu les échelles de travail envisagées (1/500 000 à 1/100 000), la structure s'est articulée autour des gîtes miniers, qui constituent une unité de lieu et de temps au sens géologique : unité lithologique et minéralogique, système minéralisateur possiblement complexe mais homogène. Les gîtes sont décrits dans la table principale " EXP_MAITRE ".
[ Le nom des tables et des champs a été calqué sur la structure existante du SIG RESMIN " Ressources Minérales Françaises " dont le développement actuel est essentiellement focalisé sur les exploitations de granulats marins mais dont la vocation est beaucoup plus large. L'harmonisation des structures informatiques permettra l'intégration des données des deux projets dans un système unique de consultation et d'affichage. Elle a cependant l'inconvénient de brouiller quelque peu la lisibilité, le vocable minier différant sensiblement du celui des carriers.].

Les principaux attributs sont :

  • ID_EXPLOITATION : Identifiant unique du gîte
  • NOM_EXPLOITATION : Nom du gîte
  • DEPT : numéro de département
  • Commune : numéro de commune
  • X_LAMB2 et Y_LAMB2 : les coordonnées en Lambert 2 étendu. Un gîte ayant une certaine étendue et pouvant regrouper plusieurs sites d'exploitation. Ces coordonnées n'ont pas toujours de réalité géographique : en fonction des informations disponibles, il peut s'agir des coordonnées du principal site, du barycentre des différents sites, de l'implantation des principales infrastructures minières,….
    Portion du contenu de la table EXP_MAITRE

Le choix ayant été fait de ne considérer que les " mines ", c'est à dire les gîtes minéraux ayant fait l'objet d'une exploitation minière, même minime, chaque gîte est relié à au minimum un site minier (table EXP_SITE), renseigné de manière plus détaillée sur les aspects géologiques et gîtologiques (voir description de la table EXP_SITE).

    table EXP_SITE

Chaque gîte est également renseigné dans sa dimension historique, sa dimension économique et sa dimension minéralogique :

  • Historique : chaque période d'exploitation est renseignée (table EXP_EXPLOITATION_EXPLOITANT), avec l'année de début et celle de fin, et, chaque fois que cela a été possible le nom de l'exploitant (la liste des exploitants est gérée dans un lexique nommé EXP_EXPLOITANT dans lequel on trouve l'identifiant unique de chaque exploitant, sa raison sociale, c'est à dire le nom complet de la société, ainsi que l'acronyme usuel). table EXP_EXPLOITATION_EXPLOITANT
  • Economique : chaque gîte a exploité une ou plusieurs substances, décrites dans la table EXP_SUBSTANCE. La substance principale est dite d'ordre 1, les autres d'ordre 2 (champ ORDRE). Pour chacune, lorsque l'information était disponible, on trouve le tonnage produit, la teneur du minerai, ainsi que le tonnage cumulé réserves et ressources.
    table EXP_SUBSTANCE
  • Minéralogique : pour chaque gîte, au travers de la substance principale produite, l'ensemble de la paragénèse minéralogique est décrite dans la table EXP_MINERALOGIE. L'identifiant de chaque minéral fait référence au lexique minéralogique développé dans le cadre des différents SIG du BRGM.

Enfin, dans la base de données, toutes ces tables sont unies suivant la relation ci-dessous :

    schéma des relations entre les tables de la base

La base de données France n'a pas vocation à dupliquer l'information existant par ailleurs mais à être la référence nationale permettant l'accès à l'ensemble de la donnée. Aussi, chaque gîte est relié aux bases de données antérieures auxquelles nous avons eu accès : la base du projet Européen DECHMINUE (base Mining Waste), le SIG Europe (http://giseurope.brgm.fr/), la Banque de données du sol et du sous-sol (BSS). Etant donné les différentes échelles de travail des différentes bases, les relations entre les bases sont de type N-N, c'est à dire qu'un même gîte peut être décrit par plusieurs enregistrements de la BSS ou de Mining Waste ou qu'un enregistrement de Mining Waste peut correspondre à plusieurs gîtes. Ces relations sont gérées par la table EXP_AUTRES_INVENTAIRES, dans laquelle on trouve l'identifiant du gîte, l'identifiant de la base de donnée externe (NOM_INVENTAIRE, décrit par ailleurs dans le lexique REF_INVENTAIRES) et l'identifiant dans cette base externe.

La structure décrite ci-dessus est parfaitement adaptée aux mines métalliques de métaux non ferreux. L'introduction des domaines charbonniers et ferreux est plus problématique : au vu des définitions, le bassin ferrifère lorrain par exemple, de par son homogénéité géologique et gîtologique, entre dans la rubrique des gîtes alors que par son étendue géographique, il s'apparente davantage à un district. Quant aux sites d'exploitation, leur dénombrement n'est certainement pas achevé. Le choix a été fait de conserver en tant que gîtes les plus gros sites d'exploitation.

Les descriptions ci-dessus correspondent strictement à la base de données France, mise au format RESMIN. Des informations complémentaires, notamment sur les districts, sont en cours de développement parallèlement à cette structure.

Description de la Base de Données "Gisements, gîtes et indices"

Rassemblés dans une base Access, les quelques 4200 indices et gisements peuvent être localisés géographiquement, et donc utilisés dans des SIGs. Des attributs associés permettent de les situer dans leur contexte géologique (type gîtologique ...) ou économique (production, réserves...).

La structure de la table principale est présentée ci-dessous :
Structure de la table principale

et voici un extrait de cette base :
Extrait de la table principale

La localisation des sites contenus dans cette base
est présentée sur une carte.
Les sites sont classés par groupe de substance.

Cliquez sur la vignette ci-contre. →

Pour obtenir des informations plus précises sur ces sites,
allez dans le menu "SIG et Données".

Cliquer pour agrandir

Haut | Accueil

Précédent | Suivant

Dernière mise à jour : 21/12/2007 12:29:25


BRGM - Service Ressources Minérales - 3, avenue Claude Guillemin - BP 36009 - 45060 Orléans cedex 2 - France - tél. : 02 38 64 36 98 - courriel : f.maldan@brgm.fr